top of page
  • Photo du rédacteurVictor TRICOT

Le racisme à l'embauche : un sujet sur l'alternance ?

Oui.


Quelle autre réponse apporter quand on a autant d'indicateurs évidents de sa présence ?


Si on devait apporter une certaine nuance néanmoins, elle se positionnerait sur une habitude de facilité. Voici l'exemple que j'ai pu le plus souvent rencontrer :


Sur un nombre conséquent d'offres d'emploi, il y a une multitude de candidatures de travailleurs étrangers. Ils n'ont pas d'expérience en France, parfois pas la même langue, pas de logement, pas de titre de séjour, etc. Les soliciter peut être très compliqué pour nombre de postes où d'autres candidats en local peuvent être plus accomodants.


Parmi eux se mêlent aussi une petite population de candidats au parcours très éloigné de celui recherché. Ceux-ci ont tendance à postuler à tout ce qu'ils voient, sans véritablement prendre en considération l'emploi proposé, pour de multiples raisons (désespoir, urgence, facilité, etc.).


Le fait est également que les populations immigrées depuis peu de générations manquent de réseau capable de les intégrer aisément en entreprise. Ils se retrouvent donc majoritaires sur les offres d'emploi et les meilleurs se perdent parmi nombre de candidatures bâclées ou inondées d'indices non professionnels. Tout cet ensemble, comportant pourtant du très bon, est donc facilement dévalorisable aux yeux de recruteurs cherchant la facilité.


Le racisme instinctif prend une part importante dans cette généralisation que l'on retrouve sur ce premier repérage. De fait, nombre de candidats de qualité sont rejettés sans d'autre raison que celle-ci : "je pense reconnaître l'origine de ce nom = ce n'est pas sérieux".


Ainsi, parfois des semaines après les clôtures de recherches qualitatives sur des formations en alternance ou en stage très prisées, je tombe sur un candidat excellent techniquement et humainement. Ce dernier aurait déjà dû trouver son alternance depuis des semaines, mais trop peu d'entretiens lui ont été proposés pour les raisons ci-dessus.


Je peux alors avoir cette minuscule part de fierté à offrir à ces candidats de haut niveau l'opportunité d'alternance ou de stage qu'ils méritent et les aider à poursuivre leurs preuves dans le milieu professionnel. Ce sont eux demain qui parviendront à réduire petit à petit cette connotation négative portée par une origine qui peine à trouver ses opportunités.


En conclusion : Etudiants et étudiantes victimes de racisme, ne baissez pas les bras. La recherche de stage ou d'alternance est une compétition, mais le monde professionnel aussi. A long terme, les bons candidats finissent toujours par gagner plus de points et remporter la partie.


2 vues0 commentaire

Comments


bottom of page